what's hot in store NYC

Bertand Leseigneur, notre correspondant Retail innovation US, nous décrypte ce mois-ci les derniers pop-up stores et magasins qui viennent d’ouvrir à Big Apple.

On y constate que les écrans et bornes digitales continuent parfois d’être sous exploitées par les marques quand il s’agit de donner de l’information produit mais qu’ils sont plus efficace dès qu’il s’agit de faire diminuer certains points de friction comme l’attente en caisse !

Parallèlement, la tendance de faire tester les produits avant l’achat reste forte. Pourquoi dépenser 129 dollars dans l’acquisition de Google Home si en tant que client, je ne peux appréhender au plus près les bénéfices de cette innovation ? C’est également un bon moyen pour une marque de tester une réelle appétence du marché en favorisant d’abord l’appropriation de l’usage avant la transaction. La contextualisation de l’offre dans notre quotidien lié à la sphère privée rejoint désormais le quotidien de notre monde professionnel.  Et si travailler en se sentant comme chez soi, à la maison devenait la nouvelle norme ? Enfin la valorisation des clients est aussi de mise chez Luxury Card où  lounge et services privés sont à disposition des clients détenteurs de la carte. Un moyen de renforcer leur fidélité pour un accompagnement dans leur quotidien.

 

« Hey Google ! » : tester le service avant l’achat

Google continue d’expérimenter l’ouverture de pop-up stores pour donner l’occasion aux « acheteurs potentiels » de mieux s’approprier les usages possibles des produits Google. Après un premier pop-up store consacré à la maison connectée, Google a ouvert un deuxième magasin (très) temporaire à Chelsea pour promouvoir cette fois-ci uniquement Google Home. Encore une fois, on ne peut rien acheter mais tout essayer. Pendant les 3 jours de l’ouverture du magasin, les clients potentiels défilaient pour assister aux démonstrations de Google Home et tester ce concurrent d’Amazon Echo.

google_pop-up_NYC

 


« Comme à la maison » avec Vitra

Dans un autre registre, la marque suisse Vitra, fabricant suisse de mobilier design, a ouvert un pop-up store pour une durée d’un an. L’idée de cette enseigne est de vendre du mobilier de bureau essentiellement pour des startups. Le magasin a donc été aménagé comme un garage de startup. Et pour démontrer la qualité des produits, les équipes de vente et de marketing de Vitra travaillent directement au sein du magasin afin de montrer le confort et la qualité de leurs produits, reproduisant une ambiance de travail similaire à celle que l’on peut trouver chez les startups. Les équipes de Vitra utilisent les bureaux à hauteur variable, les espaces en alcôve permettant de travailler sans nuisance visuelle ou sonore et la cuisine équipée. Les salariés de la marque deviennent ainsi des acteurs de l’expérience client. Et bien sûr, vous pouvez acheter tout ce que vous voyez !

vitra_NYC

 

Quand Adidas fait du neuf avec du vieux

Adidas a pour sa part un peu déçu avec la rénovation d’un de ses magasins new yorkais. L’ancien magasin situé à Soho était réputé pour son mur tactile développé avec Intel.

Or, la rénovation n’apporte rien au magasin si ce n’est un peu plus d’espace dans les allées, critère non négligeable quand on connaît le prix du m2. Seule une table tactile apporte une touche digitale et technologique au magasin. Mais, elle ne sert qu’à consulter le catalogue, mettre des produits sur sa liste….sans pouvoir acheter.

Bien étrange car c’est un vrai retour en arrière par rapport au mur digital. Les équipes d’Adidas auraient elles constaté  que peu de visiteurs achetaient depuis ces outils technologiques en magasin… ?

adidas_NYC

 

Whole Foods teste la fluidification de l’attente…

Pour éviter les files d’attente du nouveau magasin Whole Foods ouvert en plein coeur du quartier d’affaires de Bryant Park, vous pouvez maintenant commander votre plat du déjeuner sur des tablettes installées dans le magasin.

Plus besoin donc de faire la queue pour commander ni pour payer, tout se fait depuis la tablette. Une fois la commande passée et payée par carte bancaire, vous obtenez une facturette et un code qui vous permettent de récupérer votre repas. Vous aurez tout de même besoin d’attendre un peu que vos plats soient préparés en cuisine…

wholefood NYC

 

Un lounge pour les possesseurs de Luxury Card

Quand les fournisseurs de cartes bancaires cherchent à réinventer le concept de lounges des aéroports pour les possesseurs de cartes de crédit…. La société de carte de crédit Luxury Card a ouvert un lounge en plein coeur de Manhattan exclusivement réservée aux détenteurs de ses cartes. Ce n’est pas une banque, ce n’est pas un “salon” invisible dans un gratte-ciel, mais bien un magasin situé sur Madison Avenue, entouré d’autres magasins de luxe et qui se présente donc sous forme d’un lounge, dans lequel vous aurez accès aux magazines du fournisseurs de carte, vous pourrez vous relaxer autour d’un verre (gratuit), admirer des expositions d’art ou bénéficier des services d’un concierge qui pourra par exemple, réserver pour vous des billets pour des spectacles ou des concerts dans la ville.

Ce lounge marque donc une nouvelle étape dans la proposition de services haut de gamme que les fournisseurs de cartes doivent proposer afin de se démarquer de leurs concurrents. Encore plus de services pour une clientèle exigeante !

lounge NYC

 

Un robot dans une usine d’imprimantes 3D

 Il n’y a pas que les magasins qui bougent à New York. L’écosystème de startups évolue énormément et celles ci, par leur ingéniosité, repoussent les limites de la productivité. C’est le cas par exemple de Voodoo Manufacturing. Cette société a monté une usine d’imprimantes 3D qui permet à ses clients de créer des objets à distance et de lancer la production. La startup a introduit récemment son projet Skywalker: un bras robotisé pour gérer son usine contenant des dizaines d’imprimantes 3D.

robot

Une petite vidéo, ci-dessous, permet d’illustrer le fonctionnement de ce robot qui améliore la productivité de l’usine et qui libère 10% du temps des employés de Voodoo Manufacturing au profit de tâches plus intellectuelles et créatives.

Les robots ne vont pas prendre notre travail pour le moment mais vont le rendre plus agréable et plus créatif.

 

BERTRAND LESEIGNEUR

Article publié le 27 Avril 2017 par

Bertrand LESEIGNEUR
Correspondant Echangeur Retail Innovation USA

lui écrire