Acteurs du commerce, ensemble, relevons
le défi de l'innovation

7-eleven joue les bureaux de change pour les assureurs

11
mai
2015
Elisabeth MENANT
Technological & Marketing Trends Analyst
2 minutes
7-Eleven accepte dans ses points de vente le paiement par cash de l’assurance santé L.A. Care pour les américains ne disposant pas de compte bancaire.

Le Fait

En 2010, l’enseigne 7-Eleven s’associe à la start-up PayNearMe. Celle-ci offrait initialement la possibilité aux consommateurs américains
sans carte de crédit d’acheter en ligne. Depuis, elle accumule les partenariats dont le dernier en date est celui avec l’assureur américain L.A. Care.
Pour le consommateur, PayNearMe est un nouveau moyen de paiement proposé lors de ses achats en ligne. Après sélection de cette option, l’acheteur imprime un coupon qu’il doit présenter dans un 7-Eleven où il règle le montant dû. Les terminaux du commerçant de proximité, directement reliés au réseau de paiement de PayNearMe, permettent de valider immédiatement la transaction auprès du commerçant, qui peut alors procéder à la « livraison ».
L’assureur L.A. Care s’appuie de son côté sur le fait que 68% des américains non bancarisés sont équipés de smartphones. Leur facture mensuelle est envoyée sur le smartphone de l’assuré qui n’a plus qu’à présenter son code barre et payer en espèce la somme à 7-Eleven.

Le décodage

L’Echangeur, dans son rapport « Service Centric », souligne que les enseignes peuvent innover par des services qui s’éloignent de leur offre de base en capitalisant sur la confiance des consommateurs accordée par l’enseigne.

C’est le cas de 7-eleven. En moyenne, les clients de 7-Eleven passent 2 minutes et 30 secondes dans le magasin. L’enseigne préfère se concentrer sur des services pour renforcer les liens avec ses clients. Les plus fidèles y viennent jusqu’à 20 fois par mois !
En valorisant son image de magasin « convenient », ouverture 24h/24 et 7j/7, et en s’appuyant sur un maillage dense de ses points de vente (près de 9 000 sur le territoire américain), elle n’a pas hésité à s’associer à une start-up dès 2011 pour proposer un service d’intermédiation financière sur une cible particulière : les non-bancarisés.

De plus, le fait de soutenir une démarche de santé publique en fait une enseigne responsable. Un élément de plus dans son objectif de faire passer l’entreprise « d’un mode transactionnel à un mode relationnel »
comme l’a déclaré Laura Gordon, VP Brand Innovation de 7-Eleven.

Elisabeth MENANT
Technological & Marketing Trends Analyst
Pour explorer avec vous la transformation du retail avec un double regard éditorial et business
Retour en haut de la page

Articles recommandés