Acteurs du commerce, ensemble, relevons
le défi de l'innovation

02
mar
2022
Elisabeth MENANT
Technological & Marketing Trends Analyst
3 minutes

Ces derniers mois, le vrac, pourtant mis à mal par la crise du Covid en point de vente, fait de nouveau parler de lui. Vertu écologique, antigaspillage, il apparaît ainsi comme un moyen de consommer juste tant en matière de quantité et que d’économies. Passage en revue des 3 initiatives.

le vrac débarque à domicile

En Afrique du Sud, l’idée d’une épicerie mobile a été imaginée par l’entreprise sociale ForReal. Elle a converti un ancien camion en une épicerie sur roues qui se déplace dans les townships autour de Johannesburg pour proposer aux habitants des produits conditionnés en vrac et à baptisée cette épicerie sur roue du nom de « skhaftin« , littéralement « boîte à déjeuner » en jargon local.

skhaftin-bus

En Indonésie, le vrac vient aussi à domicile. Il suffit de commander puis de planifier via lapplication de la startup Siklus sa livraison. Le chauffeur viendra alors distribuer shampoing, lessive et autre produit stocké à l’arrière de son vélo. Les clients sortent alors avec leurs propres bouteilles ou en achètent chez Siklus.

siklus

Enfin, en Europe, Pieter Pot, startup néerlandaise, sest donné la mission de supprimer tous les emballages des produits d‘épicerie. Là aussi, il suffit de commander en ligne et de payer aussi les premiers bocaux. Pieter Pot se charge ensuite de remplir les bocaux et vous les livre à domicile aux créneaux que vous souhaitez. Lors de la prochaine livraison, le consommateur remettra à la startup les bocaux vides et récupérera sa « caution« .

 

décodage

Entre contrainte environnementale et arbitrage budgétaire, le cœur des consommateurs balance. Pour autant, ces trois initiatives montrent quil est aussi possible de concilier portemonnaie et exigence environnementale.

En Afrique du Sud,  c’est bien la population la plus fragile qui fait appel au vrac. Ici, il s’agit à la fois de manger mieux, au bénéfice de sa santé, en fonction de ses ressources budgétaires. C’est donc une bonne façon de consommer mieux avec les quantités nécessaires pour la famille par semaine. Une absence de dépense superflue pertinente pour des foyers sous pression budgétaire constante.

Chez Siklus et Pieter Pot, cest la lutte contre les emballages mais aussi la lutte contre le gaspillage qui prévaut. Ici, le vrac est un moyen simple pour le consommateur dagir pour une consommation plus responsable. On retrouve à travers le vrac lidée quun commerce surmesure qui ne produirait que les quantités souhaitables est possible, de lalimentaire en passant par la mode ou lameublement !

Elisabeth MENANT
Technological & Marketing Trends Analyst
Pour explorer avec vous la transformation du retail avec un double regard éditorial et business
Retour en haut de la page

Articles recommandés