Acteurs du commerce, ensemble, relevons
le défi de l'innovation

Vers la démocratisation des cryptomonnaies grâce à Libra ?

18
juil
2019
Nicolas DIACONO
Technological Trends Senior Analyst
3 minutes
Le 18 juin dernier, Facebook a dévoilé son projet de cryptomonnaie nommé Libra. Un projet porté par Facebook mais aussi par une armée lourde de 28 co-fondateurs… autour de cette nouvelle cryptomonnaie prête à redessiner le monde des paiements !

Facebook lance son projet de cryptomonnaie Libra !

Le 18 juin dernier, Facebook a dévoilé son projet de cryptomonnaie. Une cryptomonnaie nommée Libra et portée également par Paypal, Mastercard, Lyft, Uber, Spotify, eBay, Stripe, Vodafone ou encore le français Iliad. Un véritable consortium qui donne par conséquent beaucoup de crédibilité à ce projet et qui va sérieusement venir concurrencer les cryptomonnaies existantes comme le Bitcoin, Litecoin, Ripple, Ether, Dash, Bitcoin cash

A cette occasion, Facebook a publié un livre blanc sur le projet Libra dans lequel l’objectif  y est présenté en toute simplicité :

« La mission de Libra est de favoriser le développement d’une devise et d’une infrastructure financière mondiales simples, au service de milliards de personnes ».

Cette monnaie repose sur une technologie blockchain spécifique à Libra codée avec le langage de programmation move. Il s’agit d’un « stablecoin » puisqu’il est adossé à une réserve de monnaies et de valeurs stables, comme le dollar ou l’euro. L’objectif est de  traiter plus de 1000 transactions à la seconde soit environ la moitié de ce que fait un acteur du paiement comme VISA.

«Contrairement au Bitcoin, tout le monde ne peut pas devenir mineur, il faut passer par une demande « d’autorisation » ce qui fait dire à certains experts qu’il s’agit plus d’une monnaie digitale que d’une véritable cryptomonnaie. Une monnaie qui devrait toutefois être plus stable que le Bitcoin de par son modèle plus contrôlé. Toutefois, la puissance de feu de ce consortium inquiète massivement les banques centrales. Le conseil de stabilité financière rattaché au G20 s’est d’ailleurs rencontré pour évoquer le sujet Libra les 28 et 29 juin derniers. Point important, ce système serait très nettement moins énergivore que le Bitcoin » selon Nicholas Weaver, Chercheur en science informatique à l’Université de Californie.

Facebook, futur concurrent des banques et des états ?

Le monde du paiement est aujourd’hui clairement en phase d’attente à la suite de cette annonce. La présence de Mastercard, Paycal ou encore Stripe amène une grande légitimité à ce projet et va clairement permettre la création très rapide d’un réseau d’acceptation de cette monnaie.

Les consommateurs pourront beaucoup plus facilement payer des achats en Libra sur des terminaux de paiements en magasin que Bitcoin n’a jamais pu le faire. Les monnaies traditionnelles pourraient très rapidement se trouver en concurrence avec Libra d’où l’inquiétude de nombreuses banques centrales. Pour le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, ce projet soulève de nombreuses interrogations.

Aussi, pour les 2,3 milliards d’utilisateurs de Facebook, cette monnaie pourrait devenir la référence pour effectuer des paiements. Elle permettra de faciliter les achats à l’international et mettra fin aux commissions sur le change. En un clic, les internautes pourront payer sur Whatsapp, Instagram, Messenger ou encore Facebook via l’application Calibra et aussi y gérer leur compte…plus besoin de formulaires fastidieux de paiement à remplir.

Facebook se positionne avec Libra comme un réel concurrent des banques pour les transferts de fonds à l’étranger, sauf si ces dernières s’associent au projet pour ne pas être désintermédiées.

En effet, une fois la monnaie installée, il y apparaitra certainement une galaxie de service financiers qui pourront être disponibles sur ce modèle open source.

Selon une étude menée par Yougov pour le journal 20 minutes, seulement 12% des personnes interrogées ont confiance dans la monnaie Libra mais 67% ne savent pas pourquoi ils l’utiliseraient. Chez les 18-24 ans, ce n’est pas tout à fait la même tendance puisque 20% sont prêts à se lancer pour payer en ligne ou transférer de l’argent à des proches.

Et vous, êtes-vous prêt pour Libra ?

Nicolas DIACONO
Technological Trends Senior Analyst
Expert des technologiques émergentes, Nicolas parcourt les salons innovations de par le monde pour sentir les nouvelles tendances.
Retour en haut de la page

Articles recommandés