Acteurs du commerce, ensemble, relevons
le défi de l'innovation

20
fév
2017
Elisabeth MENANT
Technological & Marketing Trends Analyst
3 minutes
Under Armour, le vendeur d’équipements sportifs, continue de développer son activité de coach auprès de ses clients en s’appuyant dorénavant sur l’intelligence artificielle de Watson développée par IBM.

Le Fait

Under Armour est désormais le deuxième vendeur d’équipements sportifs aux Etats-Unis derrière Nike. Spécialisée dans les vêtements intelligents, l’enseigne, n’oublie pas ses clients et évolue toujours plus vers un rôle de coach sportif. Pour ce, elle a racheté en 2015, deux start-ups spécialisées dans le fitness pour un montant de 560 millions de dollars.

En ce début d’année 2016, elle renforce encore cette dimension « conseil » avec deux annonces phares. La première est la sortie d’un écosystème autour du lancement de sa « Health Box » : une balance connectée, un capteur d’activité, un capteur cardio, ainsi que un an d’abonnement à l’application MyFitnessPal Premium dont Under Armour est propriétaire.
Seconde annonce, son partenariat annoncé avec Watson, l’intelligence artificielle de IBM. Son application de « cognitive fitness » sera intégrée dans sa Health Box et utilisera Watson pour comparer les résultats avec ceux des autres utilisateurs pour fournir ensuite des conseils avisés.

underarmour video

Après « The North Face », c’est le second partenariat annoncé par IBM avec une enseigne du monde du retail. Pendant un an, Fluid (la start-up dans laquelle IBM a investi autour de l’amélioration de l’expérience utilisateur sur le e-commerce) et le fabricant de vêtements de plein air ont travaillé à la conception d’Expert Personal Shopper (XPS), un service intégré au site marchand de la marque pour assister les visiteurs dans leurs recherches. Pour le moment axé sur la recommandation de produits, le directeur produit de Fluid envisage d’aller plus loin. « L’utilisateur va skier à Vail en mars ? Pourquoi ne pas lui pousser les pistes les plus populaires ? »

Parmi les autres propositions de valeur offertes par la technologie Watson, on peut citer, aider les distributeurs à mieux tirer parti de leurs stocks. Par exemple, dans le cas d’un client ramenant un téléphone mobile cassé à son revendeur, est-il plus bénéfique pour le revendeur de réparer le téléphone ou de lui en fournir et recycler l’ancien en se basant sur les prix du marché ? Avec laquelle de ces solutions le revendeur a-t-il plus de chances de conserver son client ? La technologie de Watson permettrait de parcourir les données et de préconiser la meilleure option.

Le décodage

Under Armour a bien compris que le digital pouvait lui permettre d’élargir son business model et, de facto, prolonger la relation client au-delà du magasin. C’est désormais sa plateforme servicielle autour du bien être qui est valorisée bien plus que les  vêtements ou les objets connectés. L’enseigne vient directement concurrencer Nike qui a entrepris ce virage depuis plusieurs années déjà. Ces deux enseignes sont emblématiques de cette économie quaternaire, prônée par Michèle Debonneuil, administratice de l’INSEE,  où les produits ne sont ni des biens, ni des services mais « de nouveaux services incorporant des biens, la mise à disposition temporaire de biens, de personnes, ou de combinaisons de biens et de personnes ».

 

Ici, l’usage de l’intelligence artificielle (IA) de Watson est tourné sur le service rendu à la communauté de consommateurs. Celle-ci est  au cœur de la Relation Client de l’enseigne puisqu’elle permet une écoute et, désormais, un dialogue individualisé et permanent avec chacun de ses utilisateurs. L’IA vient ici renforcer le besoin de reconnaissance et de valorisation du client grâce à la promesse de recevoir des conseils personnalisés.

 

La concurrence sera rude entre les différents acteurs de l’IA (IBM-Watson mais aussi Facebook-M., Google-TensorFlow, Amazon- Alexa du coté américain, Duer-Baidu ou DTPAI-Alibaba du côté asiatique). Tous cherchent à se positionner comme l’assistant personnel de la vie du consommateur. Et les scénarios se multiplient. « Vous souhaitez changer de canapé ? Votre IA pourra alors scanner votre salon, identifier les contraintes, multiplier les recherches, valider vos préférences : couleur, prix, mode de livraison etc. L’intelligence artificielle va automatiquement changer la donne sur un  principe fondateur du commerce : la recommandation.

Elisabeth MENANT
Technological & Marketing Trends Analyst
Pour explorer avec vous la transformation du retail avec un double regard éditorial et business
Retour en haut de la page

Articles recommandés