Acteurs du commerce, ensemble, relevons
le défi de l'innovation

Pour sauver la planète, achetez un pull Sheep Inc et adoptez un mouton

13
oct
2021
Matthieu JOLLY
Services & Innovation Manager
3 minutes

Critiqué pour son impact environnemental, le secteur de la mode se met depuis quelques mois au recyclage, à la seconde main … bref, à l’Economie Circulaire. Mais les consommateurs ne sont pas dupes. Cette soudaine illumination des enseignes de la Fast Fashion semble pour le moins suspecte. Et si l’avenir du secteur venait de nouvelles marques, innovantes, sorties de nulle part ? La DNVB anglais Sheep Inc. est ainsi la première marque carbone négative … avec un petit plus à découvrir d’urgence !

Le fait

 

En 1943, le monde découvrait le Petit Prince avec cette phrase culte : « s‘il vous plaît… dessine-moi un mouton ! ». En 2021, l’animal est toujours à la pointe de l’actualité avec la DNVB anglaise Sheep Inc ! 

Dans une industrie en pleine transformation, l’entreprise se positionne depuis sa création en 2019 comme la première marque du secteur à être carbone négative ! Concrètement, un pull vendu par la marque a, tout au long de son cycle de commercialisation, absorbé plus de CO2 qu’il en a fallu pour le produire et le livrer au client !  

sheep boite d'envoiPour arriver à ce tour de force, l’entreprise optimise l’ensemble de sa chaine de valeur. Tout commence en Nouvelle-Zélande où elle source sa laine mérinos auprès de trois exploitations utilisant des méthodes d’élevage régénératives. Le principe de ce système agricole est d’utiliser des méthodes innovantes de gestion des terres, d’alimentation ou de pâturage des animaux pour stocker le carbone dans les sols et la végétation afin de lutter efficacement contre le réchauffement climatique.

 

La laine des moutons récupérée, Sheep Inc. la transforme en Europe dans des sites de production fonctionnant à l’énergie solaire. Même logique pour ses partenaires logistiques qui eux aussi utilisent l’énergie solaire. Prochaine étape : acheminer la laine de Nouvelle-Zélande en Europe en voiliers !

pull sheep

Bien sûr, ce process à un coût qu’accepte de payer le client pour contribuer activement à préserver la planète. Mais la marque le transforme aussi en véritable influenceur ! Chaque article est ainsi équipé d’une étiquette NFC. En la scannant avec son smartphone, le client retrouve des informations sur le processus de fabrication et découvre l’empreinte carbone lié à son achat. Mais c’est surtout en suivant la vie de son mouton adoptif qu’il va spontanément discuter avec ses proches. Il peut en effet le géolocaliser et suivre sa vie quotidienne. Où est-il ? Quand a-t-il été tondu pour la dernière fois ? A-t-il eu des petits cette année ? 

Le décodage

Entamée avant la pandémie, la mutation du secteur de l’habillement s’est encore accéléré ces derniers mois. Toutes les enseignes et distributeurs se lancent dans la seconde main tout en développant en parallèle des gammes de produits éco-conçus. Mais pour de nombreux consommateurs, cette évolution des acteurs historiques est marquée par une réelle défiance. Ont-ils réellement changé ? Pourquoi seulement aujourd’hui ? 

Pour Sheep Inc … pas de souci avec comme force un positionnement carbone négatif. Impossible de remettre en cause cet engagement ! Encore faut-il qu’elle réussisse à émerger et à se différencier de ses concurrents, notamment des DNVB (Digital Native Vertical Brand), positionnée sur une mode durable et écoresponsable.

En proposant au client d’adopter un mouton, elle atteint cet objectif. Avec ce dispositif simple allant au-delà de la simple transaction, la marque s’inscrit dans le quotidien du consommateur avec comme tour de force de passer du monde digital au monde réel. 

Finalement, alors que l’économie circulaire repose sur ses 3 R (reduce, reuse, recycle), Sheep Inc. ouvre la voie à une économie encore plus positive en remplaçant le R de recycle par celui de regenerative ! 

Matthieu JOLLY
Services & Innovation Manager
Face aux mutations du commerce, les innovations d'aujourd'hui aident Matthieu à penser la relation de demain entre enseigne et consommateur.
Retour en haut de la page

Articles recommandés