Acteurs du commerce, ensemble, relevons
le défi de l'innovation

Les robots débarquent pour mieux nous servir

17
mar
2016
Nicolas DIACONO
Technological Trends Senior Analyst
4 minutes

Cahier Club

Et si le vendeur connecté de demain était tout simplement un robot ?

Les robots ne sont pas si nouveaux que ça !

Les robots arrivent dans le quotidien des consommateurs. Déjà présents au niveau industriel ou à nos domiciles, avec les aspirateurs robotisés, ils s’invitent aujourd’hui en magasin pour mieux nous servir !  

Il faut remonter en 1495 pour trouver les premières traces d’un humanoïde. Cet humanoïde était un chevalier construit par Léonard De Vinci qui pouvait s’asseoir et bouger ses bras.

1

En 1738, Jacques de Vaucanson avait construit un canard automate qui pouvait manger, boire, cancaner et digérer !
Puis vers 1915, la cybernétique est apparue avec par exemple le chien électrique de Hammond et Miessner qui se déplaçait en fonction de la lumière.

2

La robotique n’est donc pas nouvelle mais depuis le début des années 2000, elle rentre dans le quotidien des consommateurs avec les robot aspirateurs par exemple.
2000, c’est aussi l’année où Honda lance son robot humanoïde Asimo. Ce robot a fait le tour des médias puisqu’il est capable de marcher, se déplacer comme un humain et communiquer en langage des signes.

 

Les robots acteurs logistiques du e-commerce

Zappos utilise depuis 2009 des robots dans ses entrepôts afin d’aider les préparateurs de commandes. Ces robots, construits par Kiva systems, se déplacent en fonction des commandes à préparer. Ils vont se positionner sous les étagères de stockage puis vont les soulever pour les amener devant le poste de préparation de commandes. […]

3
Pour Craig Adkins, vice-president for Fulfillment Operations, l’usage des pods de Kiva dépasse toutes les attentes. En effet, les robots ont permis de doubler la productivité des préparateurs de commandes tout en divisant par deux les coûts énergétiques des entrepôts. Fort de ce succès, Amazon a racheté Kiva Systems en 2012 pour 775 millions de dollars.

De tels robots sont également utilisés dans les entrepôts de Gap.com, Walgreen et Staples.

4

Les robots en point de vente

L’opérateur mobile japonais Softbank a mis en place dans ses boutiques des robots de la société française Aldebaran. Il s’agit du robot Peppers dont le rôle est d’accueillir les clients mais aussi de les divertir.
Peppers va analyser l’humeur du client en fonction de son expression faciale, de son langage corporel mais aussi de sa manière de parler. Il adaptera ainsi sa manière d’interagir avec les clients.

Doté d’une intelligence artificielle, le robot va également apprendre au fil de ses interactions avec les clients.
Les robots fonctionnent également en réseau et partagent ainsi les uns avec les autres leur apprentissage.
Nestlé va également équiper ses magasins Nescafé au Japon du robot Pepper d’Aldebaran. Ils pourront ainsi vendre les machines à café de la marque. Il aura un vrai rôle de vendeur comme le stipule Kohzoh Takaoka, président and CEO of Nestlé Japan : “Pepper sera capable de décrire nos produits et services afin d’engager une conversation avec nos clients ”. Pepper sera mis en service en décembre de cette année chez Nescafé.

Lowe’s a développé un robot « vendeur » dans son lab d’innovation. Ces robots ont été créés par l’Innovation Lab de Lowe’s en collaboration avec la société de robotique de la Silicon Valley, Fellow Robots. Ce robot va intégrer le magasin de bricolage Orchard à San Jose en Californie. Il peut parler plusieurs langues, mettre en relation par visioconférence le client avec un expert, accompagner les clients dans leurs recherches de produits ou de renseignements.
Il intègre même une fonctionnalité de reconnaissance d’image si jamais vous lui montrez la pièce que vous souhaitez changer.
Quatre de ces robots vont être testés dans le magasin de San Jose prochainement. […]

Asimov avait donc vu vrai, il semble que les robots arrivent peu à peu dans le quotidien de tous !

Reste à savoir si le grand public et le consommateur sera prêt à intéragir uniquement avec des machines à la place de vendeurs en chair et en os…

6

La fusion de l’homme et de la machine en 2040 !

7

Le transhumanisme a pour vocation d’augmenter les capacité de l’Homme grâce aux sciences et à la technologie. Google promet cette fusion de l’Homme et de la machine pour 2040.

Des prothèses robotisés pour jambes ou bras sont déjà proposées aux personnes accidentées et/ou handicapées. Le premier bras bionique a été greffé en 2011. Ce n’est donc plus de la science fiction mais bien une réalité, l’Homme peut être augmenté par la machine.

Cette mouvance prend de l’ampleur et commence à inquiéter certains scientifiques pour son aspect déontologique.

C’est d’autant plus inquiétant que ce sont des acteurs comme Google qui réfléchissent sur ces sujets.

Google a fait venir à la tête de son X-lab Ray Kurzveil, la figure mondiale du transhumanisne, pour repousser le vieillissement du corps et développer une intelligence artificielle à destination des êtres humains.

Google a investit massivement dans la robotique en 2013 grâce au rachat de 8 startups spécialisées dans ce secteur, dont Boston Dynamics un pionnier de la robotique fournissant l’armée américaine !

Et maintenant c’est sur la génétique que Google se lance ! Ces recherches génétiques peuvent permettre de faciliter l’implantation et la greffe de matériel bionique dans le corps de l’Homme…

C’est bien le mythe de l’inaccessible immortalité qui se tient derrière ces recherches, l’objectif est il d’aboutir à la fusion de l’Homme et de la machine ?

Et vous, êtes vous prêt à vous robotiser ?

8

Nicolas DIACONO
Technological Trends Senior Analyst
Expert des technologiques émergentes, Nicolas parcourt les salons innovations de par le monde pour sentir les nouvelles tendances.
Retour en haut de la page

Articles recommandés