Acteurs du commerce, ensemble, relevons
le défi de l'innovation

Bilan du CES2021 : Face au Covid-19, la technologie contre-attaque !

20
jan
2021
Nicolas DIACONO
Technological Trends Senior Analyst
4 minutes
Pour cette édition totalement digitalisée du CES, il y a eu « seulement » 75 000 participants, contre 175 000 l’an dernier physiquement à Las Vegas. L’audience a pu tenter de découvrir les solutions innovantes des exposants du salon digitalisé, mais avec plus ou moins de réussite. Le pool d’exposants était également moins important avec 1 960 entreprises présentes contre 4 500 l’an dernier, dont notamment 135 sociétés françaises.

Batteries General Motors

Demain une mobilité électrique pour tous.

Par rapport aux éditions précédentes, le nombre de constructeurs automobiles présents étaient très limité. Seul General Motors était venu pour faire de grandes annonces. Le constructeur américain va investir plus de 27 milliards de dollars dans les véhicules électriques de ses marques, comme avec le fameux Hummer. GM a d’ailleurs annoncé le déploiement d’une flotte de véhicules de livraison électrique en partenariat avec Fedex. Il s’agit du projet BrightDrop qui propose également un véhicule autonome pour les entrepôts de stockage.

Bright Drop by GM

FLYING CADILLAC GMQue ce soit GM, Panasonic, Bosch ou Magna avec LG, la course à la batterie éco-responsable et non dépendante de matières rares est enclenchée. Des batteries de plus en plus performantes qui en une seule charge permettent à minima de réaliser autour de 800 km. Sono Motors va encore plus loin avec son véhicule dont la peinture est remplacée par des cellules photovoltaïques qui apportent une autonomie de 35 km en complément des 250 km de sa batterie. Chez Hyperion Motors on mise sur l’hydrogène qui permettrait de conduire plus de 1000 km sans avoir à recharger son véhicule.
Concernant les voiture autonomes, la ministre des transports britanniques, Rachel McLean, a annoncé que ces véhicules pourraient rouler et être commercialisés au Royaume-Unis à partir de 2025. Mais pour la société Mobileye la démocratisation des voitures autonomes auprès du grand public et des instances régulatrices ne se fera que par les services de taxi.
Au-delà des voitures grand public, les véhicules autonomes investissent l’agriculture, les chantiers ou encore la livraison. Cruise, startup en partie détenue par GM, va tester, en Arizona, la livraison via des véhicules autonomes en partenariat avec Walmart. Caterpillar a lancé un camion autonome pour l’extraction minière augmentant la productivité des sites miniers.Encore une fois, la mobilité autonome se passe également dans les airs. Cette année pas de Uber, Bell ou Hyundai (cf notre debrief du CES 2020) mais un concept de taxi volant autonome présenté par Général Motors.

Connected masks

Le monde de la Tech à l’heure du COVID-19

Evidemment la pandémie mondiale était présente dans toutes les conférences lors de ce CES 2021. Les acteurs technologiques et les startups ont démultiplié les annonces et les lancements de produits afin de lutter contre le virus. Samsung, LG, UbTech ont présenté des robots autonomes pour désinfecter les pièces d’une maison ou d’un bureau grâce à des lampes à UV.

Adibot

Razer, LG, MaskFone, Xrapid Group ou encore AirPop Active+ ont tous lancé un masque connecté. Ils rivalisent tous d’ingéniosité avec des fonctionnalités pour mieux respirer avec des ventilateurs ou à l’aide d’une cartouche d’oxygène, de capteurs qui alertent quand changer les filtres, ou encore des amplificateurs de la voix de son utilisateur ou même en intégrant des écouteurs. Le masque connecté était clairement le produit tendance sur ce CES 2021.

Bio Sticker

La lutte contre le virus passe également par l’usage de biotrackers comme le BioButton de la société BioIntelliSense. Il fonctionne comme un patch à coller sur la peau. Il monitore les signes vitaux et identifie les premiers symptômes de la maladie.
Autres solutions présentes sur le salon : des systèmes de filtration d’air portatif, des poignées de porte avec désinfection intégrée, des sonnettes avec prise de température, des réfrigérateurs avec un système de désinfectant UV ou encore la lampe portative de nettoyer sa voiture Motrex.

Aux USA, il est même possible de commander et faire chez soi un test covid antigénique dont le résultat est validé par la FDA et accessible sur une application mobile.

Icon AI

La digitalisation de la santé en pleine accélération

La digitalisation de la santé ne fait aucun doute depuis l’arrivée du Covid-19. Le taux de pénétration de la télémédecine est passé aux Etats-Unis de 11% en 2019 à 76% en 2020. Cette digitalisation de la médecine a largement profité à des startups comme Teladoc, valorisée désormais plus d’1 milliards de $.
Sur le CES, il y une démultiplication objets connectés ciblant la santé, comme la bague connectés Oura Ring, le patch Sunrise pour analyser la qualité du sommeil ou encore At-Patch pour un monitoring cardiaque post opératoire à la maison. Philips quant à lui propose un service de consultation dentaire à distance grâce aux données captées par sa brosse à dents Sonicare Prestige. Même la rééducation des membres inférieurs ou supérieurs peut être réalisée à domicile et sans kinésithérapeute avec H Robotics.


La palme revient à la délégation Coréenne qui proposait le parcours de la santé connecté idéal. Avec Nuvilab vous scannez des aliments ou plats et on vous informe s’ils sont compatibles avec vos pathologies. Algocare, de son côté, créée sur demande des compléments alimentaires directement dans votre cuisine et en fonction de votre profil médical. Un état de santé qui sera au préalable monitoré et analysé par IconAI. Cette solution mesure les données vitales comme la pression artérielle ou la saturation en oxygène.

Dr_Amnon Shashua

Un monde digitalisé pour le meilleur et le pire

Pour le Dr Amnon Shashua, CEO de Mobileye, l’intelligence artificielle passera bientôt les tests de compréhension de lecture. Une IA (Intelligence Artificielle) pourra alors lire le dossier d’enregistrement d’un nouveau vaccin auprès des instances sanitaires et le comparer avec l’historique des vaccins donnés à l’homme. En fonction des procédés vaccinaux utilisés et de l’état de santé du patient, l’IA dira s’il est pertinent ou pas de le faire vacciner. Cela devrait être possible d’ici moins de 5 ans selon le Dr Amnon Shashua. Mais selon lui, le problème majeur autour des intelligences artificielles est la notion d’alignement, c’est-à-dire la synchronisation de l’intelligence artificielle avec les valeurs, les principes et l’éthique humaine.

Nicolas DIACONO
Technological Trends Senior Analyst
Expert des technologiques émergentes, Nicolas parcourt les salons innovations de par le monde pour sentir les nouvelles tendances.
Retour en haut de la page

+ d'actus